What about Britishness?

Si Albion m’était conté.

English version here

La London Fashion Week a ouvert ses portes vendredi 21 septembre. C’est l'un des quatre grands événements mondiaux de la mode avec Paris, Milan et New York. Londres est réputée pour sa créativité.

Burberry est la maison qui attire le plus d’attention pendant le show, une maison qui projette l’image de marque ‘British’ dans le monde, comme l’a souligné Christopher Bailey son Chief Creative Officer, dans une émission de radio sur la BBC Radio 4.

 Burberry représente les deux pôles apparemment contradictoires des valeurs traditionnelles et de la dynamique créative. Celui de la tradition, avec ses fameux ‘trench coats’ toujours fabriqués dans le Yorkshire selon des méthodes traditionnelles et la gabardine, une invention du fondateur Thomas Burberry en 1879, et celui de la créativité avec ses collections à la pointe de la mode.

Pour comprendre le ‘Britishness’, il faut saisir les tensions entre ces deux pôles.

D’une part, les britanniques adorent les traditions : le changement de la garde à Buckingham Palace, ou être tirés à quatre épingles pour le Royal Ascot, les Beefeaters qui gardent la Tour de Londres; la Reine qui se rend dans son carrosse royal pour ouvrir le Parlement et Black Rod qui invite les Communes à se joindre à la Reine pour écouter son discours - tout un cérémonial en costumes dont le déroulement et les gestes sont réglés comme du papier à musique - et bien d’autres événements que les britanniques organisent si bien.

D’autre part, il y a un puissant flux créateur en dépit de toutes ces traditions. Les plus grandes écoles de design se trouvent en Grande-Bretagne. Certains créateurs de mode britannique sont à la pointe des créations de la mode en Grande-Bretagne comme à l’étranger. La créativité britannique dans les arts plastiques, dans l’architecture et la musique est reconnue dans le monde entier.

Dans la culture britannique, on pourrait penser que la tradition avec toutes ses rigidités entrave la liberté de créer, mais loin s’en faut !

What about Britishness?

London Fashion Week opened Friday 21 September. It is one of the four big fashion events in the world with Paris, Milan and New York. The London show is renowned for its creativity.

One of the main attractions everybody waits for is the Burberry's show. It represents the brand British around the world, as Christopher Bailey, its Chief Creative Officer, discussed on a BBC Radio 4 interview.

Burberry's has this dichotomy of traditional, conservative values, and creativity. The now famous trench coats are still manufactured in Yorkshire, using traditional methods and the gabardine, an invention by Thomas Burberry in 1879, woven in Yorkshire, and coupled with very creative collections.

The same dichotomy is true of the British. To understand them we must understand the tension between the two poles that is so inspiring. There is nothing British love more than a bit of tradition:  the changing of the guards at Buckingham Palace, dressing-up for Royal Ascot, the Beefeater at the Tower of London, The Queen riding in her royal horse drawn carriage to open Parliament with Black Rod inviting The Commons to join her to listen to her speech, and so many other events that the British do so well.

And yet, despite all this almost Victorian tradition, there is an amazing flow of creativity. Britain is home to the best design schools. Several British fashion designers are trail blazing at home and in leading fashion houses abroad. Creativity in British art, architecture and music is recognised internationally.

In the British culture, the straitjacket of tradition and the freedom of creation appear to clash but are interwoven.

Subscribe to our newsletter

© 2019 on Intercultural - All rights reserved - Guy H Bondonneau T/A on Intercultural